Leçon n°27 – Esprit Ordinaire, Esprit d’Eveil

 

La connaissance de cette distinction, d’origine bouddhiste, fonde Le Travail Intérieur. De quoi s’agit-il ?

L’esprit Ordinaire

En apparence, notre vie ordinaire est rythmée par des activités plutôt standardisées du genre métro, boulot, dodo, etc. Ces trois grandes catégories désignent ce que nous connaissons le mieux d’un point de vue social. Mais d'un point de vue très personnel, intime, nous vivons avec une foule de petits comportements standardisés, répétitifs et automatiques. Ces activités qui se répètent de façon régulière et prédictible font partie de nos habitudes et nous n'en sommes habituellement pas conscients.

Notre activité mentale dispose d'un fonctionnement particulier qui est spécialisé dans le traitement de ces modalités d’existence habituelles et répétitives. Les Tibétains l’appellent : « l'Esprit Ordinaire ».

Cet Esprit Ordinaire a la capacité de nous simplifier l'existence le plus possible. Il fonctionne comme un administrateur/comptable qui rationalise les événements de la vie qui selon lui, ne méritent pas de retenir notre attention. Il est capable de s'en occuper de façon très efficace. Il n'est jamais si content et heureux que lorsqu'il a réussi à organiser une situation difficile, mis de l’ordre dans un beau désordre, classé une pile de dossiers qui attendaient de l'être depuis 25 ans, rangé la chambre, réglé la question du repassage et planifié les rentabilités de mon compte bancaire pour mes 120 ans à venir.

Ce merveilleux organisateur a cependant les défauts de ses qualités. C'est lui qui va vérifier si j'ai bien tiré mon pull-over comme il faut sur ma robe ou mon pantalon et si j'ai bien terminé mon travail comme je dois le faire. C'est lui qui va surveiller de près mes lectures, mes fréquentations, de façon à ce qu'elles restent convenables, c'est lui qui va évacuer méthodiquement toutes les idées un peu farfelues que je pourrais avoir et qui ne collent pas avec ce que je devrais faire pour vivre comme il faut une petite vie tranquille, sage, et discrète qui ne pose problème à personne. Mais ceci semble n’être que la partie émergée de l’iceberg.

Car il sait bien fonctionner comme le fameux « Surmoi » de Tonton Freud, à la fois Père Fouettard et Gardien des repères et valeurs indispensables à la vie en société : nous pourrions l’appeler le Garde des Sots. Il a en effet des idées très précises sur ce qui est important ou pas. Il fait le tri à sa façon dans les événements du monde qui se produisent d'une part, et dans ce que nous en percevons d'autre part, pour nous pousser à vivre de façon en tout point conforme à l'idée qu'il se fait lui d’une vie normale, correcte et bien rangée.

Par ailleurs, l’Esprit Ordinaire turbine sans arrêt. Toujours affairé, ne supportant pas l’inaction extérieure comme intérieure, gérant notre vie quotidienne sur ce qu’il connaît déjà, habile à fabriquer les habitudes et les standardisations, il fonctionne volontiers sur le modèle des ‘Bidochons’. Adepte du Dieu Pognon, des Assurances Universelles et de la Sécurisation Totale, il passe son temps à essayer d’envahir toutes les activités de la vie, pour que tout y soit contrôlé, organisé, assuré, sécurisé, prévu, balisé et banalisé.

Lorsque l’Esprit Ordinaire exerce son emprise de façon dictatoriale à la Big Brother1 sur l’ensemble de nos perceptions courantes, les Soufis l’appellent le Moi Dominant. (cf. Idriesh Shah). Et si nous devions trouver un équivalent chez les Tibétains, nous pourrions trouver un nom du genre le Pétrificateur (cf. Chöghiam Trungpa), un champion dans l’art de transformer un processus vivant en statue de pierre. L’une de ses manifestations pathologiques courante est appelée en Sémantique Générale la Sclérose des Catégories qui s’exprime notamment dans la résistance au changement.

Si ses effets et manifestations visibles sont très différents pour les unes et les autres et s’incarnent avec notre style particulier, le processus-racine « Tyran » invisible est le même pour tout le monde. Et tant que ce registre banalisateur et quasi bureaucratique nous possède à notre insu, nous sommes ses victimes inconscientes. Chacun(e) d’entre nous est porteur de cette configuration mentale à un degré quelconque, plus ou moins développé, plus ou moins actif.

Notre piège ordinaire

Un résultat pervers et paranoïaque de cette activité sécuritaire inconsciente est visible dans la production constante d’inquiétudes et d’angoisses diverses qui ont pour résultat de fabriquer une Figure cachée décelable surtout en méditation : le Guetteur. Il faut se représenter un soldat-veilleur sur les murailles d’un château vide et qui consacre toute son énergie à scruter partout et toujours et le plus loin possible pour détecter l’apparition éventuelle d’un ennemi, voire d’une situation dramatique ou dangereuse pour la sécurité de Moi. Ce Guetteur est toujours en activité. En tâche de fond2, il est capable d’intervenir brutalement et interrompre n’importe quelle activité normale courante dès qu’une simple pensée ou idée l’inquiète.

Pour les Tibétains, ce Guetteur3 est une production/incarnation directe de l’Ego, production directe de notre activité mentale qui cherche à asservir la totalité de l’existence et des modalités de l’esprit (ordinaire et éveil) à ses propres fins qui sont presque toutes paranoïaques.

Au sommet de sa pathologie, le Guetteur s’inquiète même et surtout lorsque « tout va bien » et qu’« il ne se passe rien de spécial ». C’est pourquoi, quand un ennui, un souci ou un drame se produit, il vit une sorte de paroxysme émotionnel presque orgasmique car 1°) Les événements prouvent qu’il avait raison de s’inquiéter. 2°) Ceux qui prétendent qu’il faut vivre sans inquiétude ni vigile se trompent lourdement 3°) Il n’est donc pas question de changer quoique ce soit à son fonctionnement. 4) S’il a raison sur ce point, il a aussi raison sur le reste 5°) Ressentir tout cela est infiniment gratifiant car c’est bon de se sacrifier pour une cause juste et utile, la mienne. 6°) La crise s’étant produite, il se sent soulagé et peut enfin admettre de se relâcher un peu. 7°) Oui, il faut un peu de repos (le moins possible à cause du danger qui rôde) car il va falloir retourner veiller dès que la crise sera passée, très bientôt. Etc. Retour à la case départ, sur les murailles du château intérieur.

En réalité, le Guetteur produit et alimente à lui seul le Stress Longue Durée en consommant une énergie monumentale. Ce travail d’inquiétude et de sécurisation systématique étant épuisant, le Guetteur exige se distraire très souvent. Dès qu’il cesse de travailler à « gagner sa vie », il est  incapable de supporter l’ennui des routines d’existence qu’il fabrique en continu avec l’esprit Ordinaire, sauf si ses besoins primaires sont satisfaits.

De quoi manger et les jeux du cirque (panem et circenses). Notre Esprit Ordinaire/Guetteur individuel est l’héritier inconscient du monde romain dont la plupart de nos modèles sociaux et personnels inconscients sont issus. Tout cela fonctionne toujours très bien à l’heure actuelle.

Lorsqu’il ne se distrait pas, l’Esprit Ordinaire/Guetteur résiste au changement avec férocité, car tout événement/processus nouveau ou inconnu pourrait remettre en question la solidité des défenses qu’il pense avoir établi. Il est alors dans sa fonction de pétrificateur. Cela peut sembler paradoxal, mais nous ne parlons pas ici d’une ‘personne’ vivante. Nous parlons d’un phénomène mental dont les modes d’incarnations sont impermanents, instables et indépendants de notre esprit rationnel.

Lorsque l’Esprit Ordinaire/Guetteur se distrait, tout ce qui se proclame nouveau, intéressant, imprévu, ce qui est de l’ordre du hasard et du jeu semble plus attirant que ce qui est jugé déjà vu, inintéressant ou prévisible, etc. Mais si ce n’est pas le cas, n’importe quoi peut quand même faire l’affaire pour éviter de ressentir ce « vide », cette « envie de rien4 », cet « ennui » contre lequel, une fois qu’il est installé, tous les ressorts et solutions normaux semblent insuffisants ou impuissants.

Qui donc ressent cet ennui ? La question est mal posée : il ne s’agit pas d’une personne mais d’une configuration mentale.

La configuration mentale « esprit ordinaire »

Elle fonctionne sur la Logique Aristotélicienne suivant un principe borné (celui du tiers-exclus) qui vaut la peine d’être ressenti en profondeur et bien compris : « Je travaille, je vais mal et je souffre depuis si longtemps que c’est devenu ma raison de vivre. Si j’arrête d’aller mal et de souffrir,  j’arrête de vivre. » Ce système ou-bien-ou-bien simpliste est illustré par l’histoire fort ancienne d’un âne qui meurt de faim parce qu’il ne parvient pas à décider entre une carotte et un chou lequel des deux il veut manger.

Du point de vue psychologique, l’Esprit Ordinaire/ Guetteur fonctionne toujours de la même façon : toujours occupé à rechercher des choses à faire à l’extérieur... de notre peau, toujours occupé à regarder devant lui ce qui se passe. Comme un jeune singe sauvage curieux et agité, il court d’abord après tout ce qui bouge dehors en ignorant les contextes et il sait très bien fonctionner comme un badaud qui accourt dès qu’il y a un accident ou du sang sur le macadam.

Par ailleurs, il va bien falloir trouver des compensations à cette impression permanente d’être sacrifié(e) et de ne pas pouvoir vivre sa « Vie Idéale » parce que la vie ordinaire dévore la totalité de l’énergie disponible. Nous trouvons ici une très puissante racine logique mais inconsciente de toutes les Attirances Sectaires, Drogues et Addictions qui peut s’énoncer ainsi : « Je fais déjà tellement d’efforts d’habitude, je peux bien m’offrir ça… ». Entre récompense arbitraire et compensation ! Et il y a d’autres racines…

Il faut bien se rendre compte que nous avons pour la plupart été élevés dans une sorte de désir, parfois irrépressible de ressentir et d’éprouver du drame, des sensations, des émotions, du rire, de l’absurde, de l’horreur, de l’action, du sexe, du bizarre, n’importe quoi, pourvu que ‘ça’ soit distrayant. Tout est admissible (et télé visuellement diffusable) à condition que ce soit cohérent avec le dogme du romantisme sacré ou celui de la joie ClubMed et du rire à tout prix. Quant à l’organisateur inconscient des distractions, les Soufis ont repéré un fonctionnement mental particulier, une sorte de Figure Cachée qu’ils appellent le Grand Magicien5.

Et enfin, l’Esprit Ordinaire/Guetteur se méfie comme de la peste du Travail Intérieur. Dans la mesure où cette non-activité  1°) est destinée à le désintoxiquer, 2°) repose sur l’intériorisation6, 3°) va certainement changer son Ordre établi et ses habitudes, il ne peut en avoir aucune envie, et il se représente a priori cet apprentissage comme une contrainte supplémentaire dans une existence exsangue, ‘sacrifiée’ et saturée d’activités obligatoires.

Sortir du piège : L’esprit d’Eveil

Ce avec quoi nous travaillons ici-maintenant ensemble, moi qui écris, vous qui lisez, nous l’appelons l’Esprit d’Éveil. Cette configuration mentale fonctionne sur les modes d’ouverture, d’apprentissage, de jeu, de création, de curiosité, d’observation, mais aussi de contemplation, de réflexion, de compréhension, de méditation, etc. C’est elle qui permet aux ‘prises de conscience’7 de se produire. C’est elle qui est capable de prendre les ‘décisions de conscience’ et d’intimer à l’esprit ordinaire d’apprendre à travailler de façon plus intelligente et moins répétitive, par exemple.

L’Esprit d’Éveil apparaît automatiquement lorsque l’Esprit Ordinaire s’endort ou cesse de fonctionner, ce pour quoi les Tibétains disent de lui qu’il est toujours là, comme le soleil qui se met à briller dès que les nuages sont partis ou se dissipent ! Lorsque nous essayons de retrouver la configuration mentale « Esprit d’Éveil » (en sanscrit « bodicitta ») le moyen habile consiste à cesser de fabriquer des nuages, à savoir, cesser de valider toutes les distractions de l’esprit, cesser de souscrire à tout ce dont se sert l’Esprit Ordinaire pour empêcher notre conscience d’être pleinement active dans l’instant présent. Or, n’oubliez pas que Cesser de veut dire Lâcher prise.

Le terme « Esprit d’Éveil » désigne une configuration mentale fonctionnant organiquement-comme-un-tout-dans-ses-environnements et utilisant en conscience les différents niveaux énergétiques d’attention quels que soient les contextes et activités intérieures et extérieures rencontrés. Elle ne peut fonctionner correctement que lorsque l’esprit ordinaire ne prend pas toute la place de conscience, qu’il a terminé son travail, ou qu’il ne fonctionne pas.

Lorsque cette configuration mentale est stabilisée, notamment par entraînement de méditation assise et/ou dynamique, la stabilisation est nommée « Conscience d’éveil ».

Son activité se traduit par une attitude globale d’ouverture et d’apprentissage ici-maintenant. Non polluée par les attentes, suppositions, hypothèses, réticences, partis pris, expectations, bavardages mentaux, buts, volonté de puissance, émotions et sentiments perturbateurs, pensées automatiques, théories intellectuelles, scléroses des catégories, et autres pavlov, conscients et inconscients, d’origine collective ou personnelle, etc., elle représente donc un d’outil d’adaptation maximale au ‘réel’.

La clé de la liberté

C’est le mot sanscrit « Citta » qui n’a aucun équivalent dans notre pensée occidentale (le moins faux serait le terme « État d’esprit » en langage courant) et qui ne figure dans aucun dictionnaire, ce qui interdit par définition toute recherche, toute expérience et toute connaissance du phénomène. Ce terme désigne une posture-attitude-position mentale globale, organique, vivante et fonctionnelle que j’ai traduit par « configuration mentale ». Ce terme fait partie du vocabulaire spécifique et fonde la dynamique du T.I. Sans sa perception-compréhension en conscience corporelle, le T.I. manque de puissance, d’efficacité et de résultat.

En effet, une configuration mentale conditionne non seulement l’ensemble des systèmes perceptifs et cognitifs, mais aussi toutes les décisions de conscience qui résultent du fonctionnement de l’0rganisation Mentale8, autrement dit, tous les aspects et niveaux de notre existence. C’est pourquoi nous devons prendre soin d’observer dans notre vie quotidienne si nos configurations mentales sont bien adaptées à leur objet et de les modifier en conséquence si ce n’est pas le cas. Les moyens habiles pour réaliser cette observation sont les techniques de la Sémantique Générale, simples à utiliser puisque notre langage courant constitue un excellent symptôme des pathologies qu’il s’agit de dépister.

Pour découvrir en pratique ce que ce mot signifie, vous pouvez observer en conscience corporelle8 comment vous fonctionnez de façon complètement différente lorsqu’il s’agit d’aller à la pharmacie, au cinéma, au restaurant, ou au travail… de vous glisser dans votre baignoire, de conduire une voiture, une moto ou un vélo, d’aller à la piscine ou pêcher les crevettes, de faire du bateau à voile, de la plongée sous-marine, de l’escalade ou du parapente, d’aller voir votre banquier, votre comptable, ou encore, de prendre rendez-vous pour aller à l’hôpital, à la préfecture de police, au commissariat ou au Palais de Justice, etc. 

Dans quelle « configuration mentale «  vous trouviez-vous vous la dernière fois que vous avez été arrêté(e) par la gendarmerie et verbalisé(e) sur la route ? Est-ce que vous en aviez ‘conscience corporelle’ à ce moment là ? En avez-vous ‘conscience corporelle’ à présent ?

Cette adaptation au réel en conscience corporelle s’apprend : elle passe par la mise en place des attentions9 et c’est l’objectif principal des méthodes de méditation.

Se servir des deux ensemble

Le Travail Intérieur nous permet d’apprendre à fonctionner le plus possible en Esprit d’Éveil sans pour autant mépriser ou jeter par dessus bord les façons de penser de l’Esprit Ordinaire. En effet, elles sont adaptées à presque tous les aspects de notre vie ordinaire et c’est sur la base des sécurités qu’elles génèrent que nous pouvons nous entraîner ici-maintenant à affiner nos autres et nouvelles façons de vivre au présent.

A chaque instant de notre existence, au dessus des registres mentaux d’ordinaire ou d’éveil, nous sommes responsables de nos choix de conscience10, à la mesure de nos moyens et de nos possibilités.

Si elle ne nous plaît pas, nous avons le droit de considérer notre vie ordinaire comme une mauvaise parodie de la vie à laquelle nous aspirons pour devenir humain(e). Et même si nous devons parfois jouer cette parodie comme une pièce de théâtre, nous ne sommes pas obligé(e)s d’y croire11. C’est le premier constat qu’il y a à faire pour quitter le jeu d’ignorance et de souffrance que cette illusion génère.

 

_________________

1Personnage central du livre de Georges Orwell : 1989.

2Désigne l’activité permanente des programmes informatiques de vérifications sécuritaires qui tournent  même derrière un écran noir.

3Voir les enseignements de Chöghiam Trungpa, ed Seuil, Coll Points Sagesses.

4Voir leçon 20 : Envie de rien, je m’ennuie.

5Voir Contes Soufis, Idriesh Shah, ed. Courrier du Livre.

6Voir leçon 24 : Processus d’intériorisation.

7Voir mode d’emploi N°3 : « Prise de conscience mode d’emploi ».

8Organisme-comme-un-tout-dans-ses-environnements (terme spécifique de la Sémantique Générale). Voir la leçon 2 : Vocabulaire du TI, et la leçon 15 : 9 Consciences.

9Voir l’Entraînement et le Massage du Calme Mental® qui permettent d’apprendre à faire fonctionner les différents registres d’attention, soit les leçons 25 et 26.

10Voir la leçon 15 : 9 consciences.

11Voir Mode d’emploi N°3 du blog : Prendre Conscience Mode d’emploi.

Ce contenu a été publié dans Leçons, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire