Mode d’emploi n°17 : Réglage de départ 1 et 2 / Pratique du Retour en Conscience Corporelle

Il est inutile de chercher à comprendre cet exercice de façon intellectuelle, d’utiliser une vision occidentale limitée du genre schéma corporel ou médical, ou même une visualisation sportive, kiné ou ostéopathique classique : cela ne fonctionnera pas. Pour être réalisée correctement ‘en imaginal » de façon aisée et en moins de 10 secondes, cette pratique nécessite, jusqu’à obtenir le résultat fonctionnel :

1°) d’avoir reçu la formation et l’initiation appropriées,

2°) d’avoir appris et compris le vocabulaire utilisé,

3°) un entraînement personnel journalier de 5’/jour minimum

4°) une pratique régulière de la méditation de 5’/jour minimum.

Cette pratique est destinée à être pratiquée en conscience pour bloquer n'importe quel départ d'activité mentale génératrice de stress : début de journée, de réunion, de performance sportive, trajets en métro, en voiture en train, avant l’ouverture de la boite à emails, appel téléphonique, fatigue même légère au cours du travail ordinaire, y compris informatique etc. C’est pourquoi elle a été appelée « Réglage de Départ ».

 

Corps de la Pratique A (les yeux fermés)

Activation des Vents, des Gouttes et de la Pluie

Imaginaliser en haut de la tête (sur Sahasrara), une petite fleur de lotus de lumière blanche avec des reflets violets  qui s’ouvre en fleur blanche épanouie et au centre, laisser s’ouvrir le canal central.         

Imaginaliser le canal central comme un bambou à sept nœuds, de l’épaisseur d’un crayon fin, couleur de la flamme d’une bougie avec des reflets verts, tendu entre la Porte du Ciel et la Porte de la Terre.            

Entrez dans la boite crânienne par le centre de la fleur et percevez le tiglé blanc lunaire au Point Source. Conscience Blanche, Attention Première. Le tiglé blanc tourne sur lui-même pour vider la boite crânienne en transformant l’agitation, le bavardage mental et toutes les crispations en un brouillard blanc et gris, puis en lumière blanche tous les organes qui sont perçus en vision ordinaire.                      

Imaginaliser un rayon laser d’attention première blanche qui sort du point source et qui descend alimenter directement Svadishtana pour activer le tiglé rouge de la Conscience Rouge, Œil du Ventre, Attention Seconde. Ce tiglé rouge tourne sur lui-même pour diffuser l’Attention Seconde dans l’organisme tout entier.                                                                                                                                

Sous la Conscience Rouge, le bambou de lumière se sépare en trois. Le premier – court - se termine sur Muladhara en un paquet de racines lumineuses rouge sombre comme un corail souple. Les deux autres alimentent les jambes jusqu’aux pieds et se terminent par les tiglés des pieds.

Blanc à gauche et rouge à droite pour les femmes, Blanc à droite et rouge à gauche, pour les hommes.

Lorsque tout ceci est en place, imaginaliser l’énergie du Ciel qui entre dans le canal central par le haut de la tête, sous la forme d’une pluie de cristal qui nettoie l’organisme tout entier de haut en bas en continu à tous les niveaux cellulaires conscients et inconscients.                                                                                    

Imaginaliser que l’on retire une sorte de semelle de la plante des pieds, (faire le bruit) de façon à permettre au brouillard de s’écouler dans la terre par toute la surface de la plante des pieds.

Le brouillard blanc et gris s’infiltre ensuite jusqu’au centre de la Terre, que je visualise comme une énorme boule métal en fusion, dans laquelle il est brulé et transformé en énergie pure.

Pour mémoire, tous les processus personnels subtils de ‘nettoyage’ se produisent du haut vers le bas.

 

Corps de la Pratique B (les yeux fermés)

Activation-remontée du vent de l’énergie subtile

Imaginaliser le Centre de la Terre produisant l’énergie vitale sous la forme de la lave en fusion d’un volcan. Au centre des tiglés des pieds, ouverture des deux canaux des jambes qui captent  cette énergie tellurique . La visualiser fluide, de couleur rouge et or + flamme de la bougie.                                      

Elle monte jusqu’au canal (axe) central par les canaux des tiglés des pieds d’une part, et par le paquet de racines lumineuses rouge sombre corail de la Porte d’En bas d’autre part.                                              

La sensation subtile est comparable à observer un vent, un courant d’air-énergie qui remonte à l’intérieur des jambes (et par le périnée, chakra racine) jusqu’au tiglé de conscience rouge.                            

L’énergie se réchauffe et s’humanise par concentration dans la Conscience Rouge . Elle remonte dans la cage thoracique en double hélice (en sens inverse des aiguilles d’une montre) et elle nourrit tous les aspects matériels et immatériels de l’organisme tout entier.                                                                  

Lorsque l’énergie passe par l’espace du Cœur, elle s’amplifie et se diffuse dans tout l’organisme. S’ouvre alors dans le Cœur une petite étoile lumineuse blanche et bleue avec des reflets verts et orange au centre de laquelle brille un petit @ rouge. À hauteur des épaules, l’énergie passe dans l’épaule droite jusque dans la main droite et va allumer au passage le tiglé de la main droite.      

Tiglé Rouge pour les hommes,        Tiglé Blanc pour les femmes.

L’énergie est imaginalisée passant ensuite de façon subtile du tiglé droit au tiglé gauche et nourrit au passage par écho vibratoire l’organisme tout entier.

Elle est ainsi récupérée par la main et le bras gauche, rejoint le Canal central au niveau du cou (Vishudda), et ressort par la porte du Ciel (Sahasrara) sous forme d’une explosion de lumière qui s’épanouit comme un feu d’artifice diffractant toutes les couleurs de l’arc en ciel dans toutes les directions.                                                                                       

Pour mémoire, tous les processus personnels subtils de ‘nourriture’ se produisent du bas vers le haut.

 

Notes  techniques  générales

Pour travailler cet exercice, il faut s'entraîner au début dans des conditions calmes ; sous la douche, dans un bain, en début de méditation, au moment de s'endormir, de faire la sieste, etc., et à n'importe quel moment d'attente au cours de la journée de façon à ‘prendre la place’ du bavardage mental de façon préventive.

Il faut aussi savoir que sa mise en place amorce la pompe à énergie subtile qui est imaginalisée fonctionnant ensuite toute seule sans qu’il y ait besoin de rien faire d’autre.

En conditions normales d’exercice, (càd, plus en conditions d’entraînement) il peut être utilisé tout au long de la journée pour l’arrêt de la "machine à penser" et des sautes d’attention chaque fois qu’elles sont repérées et la prévention des démarrages automatiques d’angoisse ou d’anxiété.

De façon préventive, il s’agit d’invalider ces processus ordinaires et inconscients le plus près possible de leur début, de paralyser leurs conséquences toxiques et d’empêcher la confusion mentale de s’installer. (Nota bene : pour réaliser le processus d’invalidation, se reporter à la Pratique du StopUrgence.)

L’essentiel est d’avoir été formé(e) au yoga tibétain approprié, d’avoir reçu l’initiation vivante et directe qui permet d’être capable de percevoir en imaginal  les ‘vents’ et les ‘tiglés’.

Il est bien sûr possible d’utiliser cet exercice de méditation dynamique en méditation assise puisqu’il constitue l’une des bases de l’entraînement au Calme Mental, et de l’attention portée en permanence sur le souffle qui accompagne toute pratique sérieuse de méditation.

Il faut enfin imaginaliser que toute l’énergie qui est employée à réaliser correctement les visualisations est directement pompée dans les réserves d’énergie de l’Ego et de l’agitation mentale ordinaire associée.

Ce contenu a été publié dans Leçons. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire