Mode d’emploi n°18 : Tonglen (≈15’) – Pratique de la Générosité et Transmutation de la Souffrance

 

1. Ici-maintenant, STOP ! Comme à chaque fois que j’ai l’impression que je me‘noie’ dans ma propre misère, que je n’ai plus de force, que je ne peux plus lutter, que les difficultés sont trop grandes pour moi, que je ne puis compter dans l’immédiat sur aucune aide ni aucun soutien, que mon esprit est troublé, embrouillé, confus, incapable de savoir quoi faire,que je suis complètement seul(e)et abandonné(e)et que cette détresse ne finira jamais, je me souviens que j’ai appris qu’il existe une seule réaction vraiment intelligente : arrêter de croire que tout ce que je ressens est réel, même surtout à ce que je ressens en ce moment et pratiquer cet exercice à chaque fois que cette situation se produira, sans but, sans espoir ni désespoir de quoi que ce soit.

2. Conditions de lecture :Pour ce faire, je vais m’écouter lireen consciencechaque mot de ce texte à haute voix distincte, plutôt lente et en ressentant en imaginal les mots en gras/coloré. Lesmots en violet me rappelleront l’existence dune situation/contexte objective dont je dois garder conscience. Les mots en vert me signalent un effort de conscience à réaliser. Les mots en rouge vif désignent des comportements presque toujours inconscients pilotés par leProcessus-Ego(tine) auxquels je doisconsacrer une attention spéciale aujourd’hui encore parce que je suis le plus souvent inconscient(e) de ceux qui me nuisent le plus.

3. contempler la situation : Chaque fois que je me retrouve dans cette situation de ‘détresse intérieure’, même et surtout si ‘à l’extérieur’, aucun événement particulier ne semble la fonder, je dois me souvenir que c’est toujours ce qui se passe lorsqu’à mon insu et sans conscience,j’ai laisséà mon Ego-Système-Peur le soin de diriger ma vie à ma place. Et je n’oublie pas qu’il le fait avec les meilleures intentions du monde, de son point de vue.

4. Rappel de conscience :Je me souviens qu’il m’a été enseigné que tout ce qui se manifeste à ma conscience est le résultat du fonctionnement de mon propre esprit, et que je peux vérifier à chaque instant la vérité de ce constat. Je me souviens avoir appris que je perçois ‘naturellement’ le monde extérieur comme séparé de moi mais que je fais toujours une erreur chaque fois que je croisaveuglément et inconsciemment que mes perceptions sont la réalité. Je sais aussi que chaque fois que je me souviensde cette conscience, elle servira à retrouver sans effort particulier mes configurations d’Esprit d'Éveil et de Calme Mental, ce qui est nécessaire chaque fois que je dois…

5. reconnaître la Souffrance:Comme à chaque fois que je me sens ‘envahi(e)’ par une insatisfaction, un découragement, un désagrémentou un déplaisir quelconques, que je me sens ‘attaqué(e)’ par mes ‘pulsions’, mes addictionsou mes ‘démons’ habituels, que je me trouve dans un lieu dans lequel je ressens un malaise, une tristesse, une répulsion, un dégoût, ou une angoisse quelconques, je prononce à voix haute, ou basse, ou parlée en esprit, les phrases suivantes :

Je reconnais que les événements du monde se produisent, que je sois là ou pas.En conscience, je le reconnais.

Je reconnais que ce qui s’est produit (dehors) ne m’est pas forcément destiné, ne me concerne peut-être pas et n’a probablement pas de rapport direct avec moi. En conscience, je le reconnais.

Jereconnais que mes réactions internes(désagrément-malaise-contrariété-insatisfaction-découragement- frustration, etc.) ne me conviennent pas et ne favorisent pas mon bien-être.En conscience, je le reconnais.

Je reconnaisqu’il s’agit d’un processus de souffrance et donc, d’une pure production mentale qui ne va pas dans le sens de mon bien être ni de ma tranquillité. Je me souviens que je ne suis pas obligé d’y croire n’y d’en souffrir.

6. Rappel de Conscience : Je vais donc cesser d’incarner maintenant tous ces automatismes, faire à présent attention au mot « souffrance » et reconnaître qu’il n’existe dans le monde visible aucunterritoirematériel qui corresponde à cette carte. Il s’agit d’un concept et donc, d’une pure production immatérielle de mon esprit et de celui des autres. À l'origine des ressentis de souffrance de ‘tout le monde’ se trouvent les 5 Poisons(émotions perturbatrices) que produit naturellement l'esprit et qui constituent les fonctions instinctives et inconscientes de l’Ego-Système-Peur :Le Désir-Attachement, qui fonctionne comme une dépendance organique et douloureuse à des événements extérieurs, La Colèrequi signale l’existence de frustrations et l’incapacité à les exprimer, L'orgueilqui compense des sentiments d’indignité, La Jalousiequi révèle des peurs de manque et de dépossession. Le plus subtil estl'Ignorance1de l’ignorance2de ces 5 origines de la souffrance et des méthodes pour cesser de souffrir.

7. J’invoque ici-maintenantla présencesubtile de ceux (et celles) qui m’ont enseigné cette pratique et transmis la configuration mentalejuste. Pour cela, j’imaginalise en haut de ma tête, une petite fleur de lotus blanche avec des reflets violets qui s’ouvre en une fleur blanche épanouie. Au centre, j’imaginalise mon Maître assis en posture de méditation dont la présence rayonne de tranquillité et de sagesse paisibles et puissantes. Mon canal centralest aligné avec le sien et le sien est aligné avec celui de tous les Maitres et Yogis qui l’ont précédé et qui ont transmis l’enseignement vivanten ligne directe. À la suite, je configurel’Esprit d'Éveil et j’engendre un puissant sentiment de chaleur humaine, de sensibilité et de compassion à l'égard de tous les êtres qui ne savent pas ce que j’ai appris et qui ne peuvent donc pas s’en servir.Dans monorganisme-tout-entier, je ressens cela.

8. Aligner les consciences rouges :Je retournel’Attention Première que diffuse mon Point Source(au centre de ma tête) dans  ma conscience rouge du ventre et je perçoisl’alignement de toutes les consciences rouges de ma lignée spirituelle jusqu’à ses fondateurs, Tilopa, Naropa, Marpa, et Milarépa et jusqu’à DrukchenRimpoché. À eux,que je perçois parfois à traversmes Maîtres que j’ai connus vivants, j’adresse ma prière. Que leur Présencedans mon cœur alimente mon énergie vitale présente et m’aide à pratiquer ce rituel qui opère la Dissolution et la Transmutation de la Souffrance et de toutes les souffrances, quels que soient leurs formes et leurs contextes.  

9. l’arrêt du bavard intérieur :À partir de mon Œil du Ventre, Conscience Attention Seconde, je reviens à la contemplation paisible du rythme de ma respiration animale etje compte ‘en esprit’les 4 temps de la respiration : 1 inspir, 2 apnée haute, 3 expir, 4 apnée basse. J’ai conscience corporelle que tout ce que je suis est présent dans cet inspir/expir, qu’il n’y a rien à vouloir, rien à contrôler, tout à contempler.Dans la sphère vide de ma boite crânienne,  le manège à penser n’existe plus. L’esprit bavard ordinaire ne peut pas fonctionner, alors il fait simplement silence. Je ne suis pas mon esprit. En conscience, je le reconnais, je le ‘vois’ et je le sais.

10. Nettoyer : J’imaginalisemaintenant l’air subtil, l’énergie de cristal qui entre par le centre de la fleur de lotus, au sommet de ma tête. Cet air subtil tourne dans ma boite crânienne, la remplit tranquillement et se change en un brouillard blanc et gris qui dissout toute la crasse mentale habituelleet tout ce qui encombre mon esprit.J’expirecet air subtilpar l’anus,par les jambes et par les pieds, avec un léger bruit de flute que fait ma bouche avec l’air ordinaire.Le brouillard blanc et grisest absorbé par la terre en-dessous de moi et descend jusqu’au centre de la terre,(le noyau métallique liquide à 5000 ° et à 6000 km sous mes pieds), dans lequel il se dissout complètement.

11. Purifier: J’imaginaliseà présent le centre de la terre,produisant l’énergie vitale sous la forme de la lave en fusion d’un volcan. Cette énergierouge et or + flamme de la bougieremonte parmes pieds au centre desquels je visualise letiglés des pieds et parles deux canaux subtils des jambes qui captent cette énergie tellurique. Comme de l’eau dans une éponge,elle imprègnejusqu’au fond chacune des cellulesde mon organisme qui se trouvent ainsi purifiées. Toutes les impuretésmentalessortent par tous les pores de ma peau comme des jets de transpiration.Je prendsconscience corporelle de la puissance de cette purification. Je ne suis pas mon corps :en conscience, je le ‘vois’ et je le sais.

12. Afficher l'image d'originecristalliser : À ce stade, l’Ego-Système-Peur a cessé de s’activer et ma conscience fonctionne à la fois en Calme Mental et en Esprit d'Éveil. J’imaginalise que l’énergie tellurique, de couleur rouge et or + flamme de la bougie, prend maintenant la forme d’une colonne de feu, comme un chalumeau sous pression, qui entre par la Porte d’en Bas (Mulhadaraentre le sexe et l’anus) et sort par le centre de la fleur de lotus au sommet de ma tête. Au centre, le diamètre de l’axe central grossit jusqu’à atteindre celui que forment mes doigts de mes mains lorsque je fais le Gyan Mudra. (Faire le geste pour visualiser.)Mon corps de chair se transforme en un Corps de Diamant pur, qui diffracte la lumière dans toutes les directions en parfaite synchronie avec tous ceux et celles qui réalisent cette pratique en ce moment. En conservant la conscienceclaire des 4 temps de ma respiration ‘animale’ (1 inspir, 2 apnée haute, 3 expir, 4 apnée basse), qui se produit paisiblement, tranquillement, je me souviens que le brouillard blanc et gris de mes propres souffrances a été purifié au centre de la Terre et que mon Corps de Diamant est désormais prêt à transmuter toutes les souffrances du Monde.

13. Afficher l'image d'origineEtendre : J’imaginalise à présent les souffrances des gens que j’aime sous la forme d’uneépaisse fumée noire, que j’inspire par tous les pores de ma peausous sa forme subtile en même temps que j’inspire l’air ordinaire avec mon nez.Au-delà des gens que j’aime et ceux que je connais, je perçois&j’appelle à moil’épaisse fumée noire detoutes les maladies, obscurcissements, poisons mentaux, erreurs,tourmentsetsouffrances de tous les autres êtresen difficulté autour de moi, dans ma ville, dans mon pays, sur la Terre. Ces sombres nuéessont atomisées au milieu de mon Corps de Diamantetse dissolventenfin dans le canal centralsans laisser de trace dans la lumière blanche de mon cœur.

14. Ouvrir le Cœur :j’imaginaliseà présent que mon cœur rayonne comme un diamant au centre d’une brillante sphère de cristalblanche et lumineuse.Hakini Mudra. (Avec une ou deux mains, poser le cercle des doigts sur l’espace du Cœur pour la diffusion.) À chaque expiration désormais, l’énergie de souffranceà présent transmutée en énergie d’Éveil et de Sagessesort de mon cœur sous la forme de rayons de lumière blanche puissante et joyeuse qui se diffusent dans toutes les directions. Ces rayonsvont toucher avec douceur et compassion tous les êtres humains et non humains qui souffrent en ce moment où qu’ils se trouvent et leur apportentsoulagement, apaisement, lucidité, guérison, bien-être et bonheur.

15. Dissolution :Au terme de cette méditation, je dissous dans la vacuité de mon cœur de diamant, comme la fumée noire, toute croyancequelle qu’elle soit. L’idée de prendre en moi la maladie et la souffrance n’a pas d’existence réelle, cependant mon esprit est capable d’y croire autant que mapeur d'être contaminé(e) par la souffrance des autres !Il est aussi capable de me faire éprouver une grande joie que je mêle à la compréhension que tout est impermanence et dénué de solidité, à commencer par les phénomènes mentaux tels que toutes les croyances,lespeurs et lessouffrances.

Ce contenu a été publié dans Leçons. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire